May B de Maguy Marin

/, Blog/May B de Maguy Marin

 

 

May B, à la fin de l’envoi je touche…

J’ai assisté à un spectacle de danse contemporaine. On le croirait d’hier, il tourne depuis 1981. C’est fou comme ces silhouettes, sans un mot (ou si peu), nous font passer tant d’émotions. A la sortie, une classe de lycéens s’exclame « j’ai trop kiffé » et des jeunes filles « j’ai pleuré deux fois ».
Maguy Marin, généreuse, nous retrouve après le spectacle pour un temps d’échange. Merci à la Maison de la danse, qui organise, comme l’Opéra de Lyon, des moments de partage avec les créateurs !

 

Maguy Marin, sourire et charisme impressionnants, s’installe face à un petit amphi. On est une soixantaine, tous âges confondus. Elle nous raconte que la Compagnie vient de s’installer tout près de Lyon dans une salle qui accueille aussi des résidences artistiques, le Ramdam.

Sources d’inspiration ? la vie quotidienne, ce qu’on voit dehors, et puis le courage. Donner du courage pour changer le monde.

Le mouvement et le geste ? le premier est universel, le vent, les plantes, et le deuxième est plus de l’ordre de l’humain.

L’argile partout sur les danseurs et la scène ? c’est une indication de Beckett dans sa pièce.

La danse touche tous les publics ? C’est l’objectif. Mais il y a des gens qui restent dans leur bulle.

La danse dans l’art ? Il n’y a plus vraiment de frontière. Notamment avec les arts plastiques, si on regarde par exemple les vidéos et les performances. La danse est un art accueillant pour les artistes d’autres disciplines.

Plus danseuse ou chorégraphe ? Je suis d’abord danseuse, et après chorégraphe. Je dois danser le mouvement pour l’inscrire dans la chorégraphie.

2017-03-31T13:25:13+00:00 7 mars 2016|Categories: Carnets de voyage, Blog|Tags: |